Documents

Le collectif À nous la Malting forme une chaîne humaine autour des bureaux de trois paliers de gouvernement, c’est un rappel aux élu·e·s de tenir leur parole

Type de document: 

  • Communiqués de presse

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate

Le collectif À nous la Malting forme une chaîne humaine autour des bureaux de trois paliers de gouvernement, c’est un rappel aux élu·e·s de tenir leur parole
 

Saint-Henri (Montréal), 29 juin 2020 -- Réuni·e·s près du métro Lionel-Groulx ce matin, plus de 40 membres et allié·e·s du collectif À nous la Malting ont formé une chaîne humaine autour des trois bureaux d’élu·e·s de trois paliers de gouvernement : la mairie de l’arrondissement du Sud-Ouest, le bureau de la députée Dominique Anglade et le bureau du député fédéral Marc Miller. L’action symbolique s’est déroulée dans le respect des consignes sanitaires, témoignant de la grande créativité et détermination du collectif à continuer la mobilisation pour la mise en réserve et la conversion 100 % communautaire de l’ancienne usine de la Canada Malting, située aux abords du canal de Lachine à Saint-Henri, le secteur le plus pauvre du quartier.  

 

Rappel aux éluEs de tenir leur parole

Le 3 mars dernier, le collectif a présenté aux élu·e·s les premières images de son projet 100 % communautaire pour le site. Il s’apprêtait à discuter des prochaines étapes vers sa réalisation lors d’une rencontre avec les trois paliers de gouvernement prévue le 13 mars - le premier jour du confinement de la crise de la COVID-19.  « Nous comprenons complètement que la rencontre avec nos élu·e·s ait dû être reportée, mais les projets de développement social doivent avancer - surtout maintenant, quand tellement de familles et personnes seules font face à un avenir économique incertain » explique Shannon Franssen, coordonnatrice de la CDC Solidarité Saint-Henri. Le projet porté par le collectif propose la réutilisation des bâtiments industriels pour des logements sociaux, de la production alimentaire, de la valorisation du patrimoine et des espaces locatifs qui répondent directement aux besoins les plus urgents du quartier. 

 

En pleine crise du logement, la Ville de Montréal ne protège pas assez contre la spéculation foncière

Justement, les besoins en termes de logement sont plus criants que jamais. Dans les quartiers du Sud-Ouest de Montréal - parmi les plus gentrifiés de la métropole -, le taux d’inoccupation est de 0,5 %! Et les loyers ne cessent d’augmenter de manière alarmante comme l’atteste la hausse de 10,5 % entre 2018 et 2019, d’après les données de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Le risque de se retrouver à la rue est donc, en cette période, encore plus présent. 

Nous déplorons que, dans un tel contexte et face aux grands besoins, la Ville refuse toujours de passer à l’action pour protéger notre droit au logement - le site de la Canada Malting n’a toujours pas été mis en réserve par la Ville et nous n’avons toujours pas de date de rencontre pour discuter de la réalisation de notre projet » explique Fred Burrill, un des membres fondateurs du collectif et locataire de Saint-Henri. La Ville de Montréal a rendu public, en mai dernier, une liste des sites qui pourront être ciblés pour acquisition et conversion en projet communautaire. Le site de la Canada Malting à Saint-Henri était notablement absent de cette liste. 

Les promoteurs privés ne seront pas ralentis par la crise sanitaire. Si le conseil municipal ne met pas le site en réserve rapidement, encore un autre projet de condominiums de luxe va pousser sur le canal de Lachine. Nous perdrons une occasion en or de construire plus de 200 logements sociaux à Saint-Henri. » a ajouté M. Burrill. 

 

Passez à l'action! Signez la lettre ouverte en soutien à la mise en réserve du site

Le collectif invite les Montréalais et Montréalaises à signer une lettre ouverte afin de demander la mise en réserve du terrain : voir le site web anouslamalting.org

 

-30-

 

Pour plus d’informations :

 

Suivez l’événement live sur Facebook : https://www.facebook.com/events/742173639943924/

Accédez aux photos ici : https://drive.google.com/drive/folders/1XskrpNJPj19sZNQDvMwMgqT-CnzEn_YI?usp=sharing 

 

La Corporation de développement communautaire Solidarité Saint-Henri (CDC SSH) regroupe une vingtaine d’organismes communautaires et institutions du quartier, lesquels travaillent collectivement à l’amélioration des conditions de vie de la communauté de Saint-Henri. En lien avec les enjeux identifiés, la CDC SSH lutte contre la pauvreté, concerte ses membres, mobilise son milieu et soutient des actions collectives. La CDC SSH soutient le collectif À nous la Malting depuis sa création en 2017.

 

Le collectif À nous la Malting :

Depuis 2013, des organismes et des résident·e·s de Saint-Henri, soutenu·e·s par la CDC SSH, se mobilisent contre les projets de condominiums sur le site de l'ancienne usine Canada Malting. En février 2017, suite à un atelier d'aménagement organisé par la table de quartier, elles et ils se sont regroupé·e·s au sein du collectif « À nous la Malting ». Architectes, juristes, aménagistes, designers, organisatrices communautaires et locataires sont animé·e·s par la même volonté de porter un projet qui ne viendra pas gentrifier davantage le quartier mais qui va répondre aux besoins des personnes qui vivent les impacts négatifs de la gentrification et de l’exclusion sociale.

 

Des inégalités qui se creusent dans les quartiers gentrifiés : l'accès au logement, c’est urgent!

Type de document: 

  • Communiqués de presse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Des inégalités qui se creusent dans les quartiers gentrifiés : l'accès au logement, c’est urgent!

Saint-Henri (Montréal), 16 juin 2020 - Les organismes membres de la CDC Solidarité Saint-Henri, craignant une aggravation de la crise du logement à la sortie de la période du confinement, ont lancé aujourd’hui une lettre ouverte revendiquant des mesures d’aide pour les locataires à faible revenu. La lettre est lancée en solidarité avec les mobilisations locales soutenues par le FRAPRU pour les mesures d’urgence en vue du 1er juillet. Tous les organismes et résidentEs de Montréal sont invitéEs à la signer. Par la suite, les signatures seront déposées aux éluEs des trois paliers de gouvernement au mois d’août.
 

Le mal-logement en temps de pandémie : un problème de gentrification avant tout

À l’approche du 1 er juillet, plusieurs personnes ayant des difficultés financières dans le contexte de la crise sanitaire risquent de se retrouver à la rue ou d’être confrontées à des prix exorbitants. Tout cela est encore plus flagrant dans des quartiers gentrifiés qui vivent une pénurie de logements. Par exemple, dans les quartiers du Sud-Ouest de Montréal - parmi les plus gentrifiés de la métropole -, le taux d’inoccupation est de 0,5 %! Et les loyers ne cessent d’augmenter de manière alarmante comme l’atteste la hausse de 10,5 % entre 2018 et 2019, d’après les données de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Pas de répit en vue dans le plan de relance économique

À cela s’ajoutent les évictions en cours des locataires et le manque criant de logements sociaux : à Montréal, des milliers de ménages sont en attente d’un logement subventionné approprié à la taille de leur ménage. Rappelons qu’aucune nouvelle unité de logement social n’est prévue dans le budget déposé, en mars dernier, par le gouvernement Legault, ni dans son plan de relance économique annoncé début juin!

Les organismes communautaires ont maintes fois dénoncé l’inaction du gouvernement. Le 4 juin dernier, le POPIR - Comité Logement, un groupe de défense des droits des locataires qui travaille dans 3 quartier du Sud-Ouest, a sillonné les rues locales afin de revendiquer de l’aide pour les locataires et plus d’investissements dans les logements sociaux.

« Il faut aller au-delà des mesures annoncées et déjà mises en place par les différents paliers gouvernementaux - la Ville de Montréal, Québec, Ottawa - afin de répondre aux besoins des locataires. Nos élus doivent reconnaître que la crise du logement est un enjeu de santé publique » affirme Shannon Franssen, coordinatrice de la CDC Solidarité Saint-Henri.

Mesures urgentes pour protéger les locataires

La lettre revendique que les huit mesures suivantes soient mises en place ou bonifiées afin d'assurer l'accès au logement pour les personnes vivant avec de faibles revenus :

  • Aucune éviction pour le non-paiement de loyer depuis le début de la crise ne doit avoir lieu.
  • Les baux doivent être prolongés au-delà de leur échéance pour le temps de la crise, si les locataires le souhaitent.
  • Des délais supplémentaires doivent être alloués pour le renouvellement des baux et pour contester les hausses de loyer.
  • Les hébergements touristiques (ex : Airbnb) doivent être réquisitionnés par la Ville de Montréal pour loger les personnes sans-logis, et ce, à un coût raisonnable.
  • Au provincial, plus de suppléments de loyer d’urgence doivent être débloqués.
  • Au fédéral, un fonds adéquat de dépannage pour les locataires doit être mis en place.
  • Le financement de nouveaux logements sociaux et communautaires.
  • Que les banques permettent le report des hypothèques pour les propriétaires des immeubles locatifs.

La CDC Solidarité Saint-Henri invite les résidentEs et organismes de Montréal à signer la lettre avant le 15 août 2020.

 

-30-

 

La Corporation de développement communautaire (CDC) Solidarité Saint-Henri regroupe une vingtaine d’organismes communautaires et institutions du quartier, lesquels travaillent collectivement à l’amélioration des conditions de vie de la communauté de Saint-Henri. En lien avec les enjeux identifiés, SSH lutte contre la pauvreté, concerte ses membres, mobilise son milieu et soutient des actions collectives.

Pour plus d’informations :

Shannon Franssen, coordonnatrice, CDC Solidarité Saint-Henri 
coordination@solidarite-sh.org
514 730 1311

Plan d'action annuel de Solidarité Saint-Henri - Année 2 du Plan d'action intégré de lutte à la pauvreté 2016-2019

Type de document: 

  • Plan d'action

Les actions collectives réalisées par les membres de la CDC Solidarité Saint-Henri sont guidées par un Plan d'action intégré de lutte à la pauvreté élaboré sur une base triennale, dont les orientations sont adoptées lors d'une assemblée générale annuelle. Lors d'un forum annuel des membres et partenaires qui regroupe toutes les instances qui travaillent en développement social à Saint-Henri, les enjeux prioritaires du quartier sont identifiés et guident les plans d'actions développés par les comités de travail de SSH sur une base annuelle. Voici le plan d'action des comités de travail pour l'année 2017-2018, année 2 du Plan d'action triennal 2016-2019.

Ensuring universal accessibility - mémoire de la CIQ au STM

Type de document: 

  • Présentations et documents produits par SSH

Mémoire de la Concertation Interquartier (CIQ), dont Solidarité St-Henri est un membre fondateur et active, sur l'accessibilité universelle du transport en commune, soumis à la Socité de Transport de Montréal (STM) en mars 2017 pour souligner l'importance d'un tunnel pédestre entre la station de métro Vendôme et l'hôpital CHUM, projet championné par le CIQ depuis nombreuses années.

(en anglais seulement)

Mémoire sur la réussite éducative

Type de document: 

  • Présentations et documents produits par SSH

Le mémoire de Solidarité St-Henri sur la réussite éducative, ainsi que l'annexe, soit le mémoire déposé et présenté lors des consultations dans le cadre du 3ème plan de lutte à la pauvreté.

Un gros merci à Omer Coupal de l'ODAS et à Julie Mercure du Milieu éducatif la Source pour leur contribution à l'écriture du mémoire!

Mémoire sur un Conseil en politiques alimentaires montréalais

Type de document: 

  • Présentations et documents produits par SSH

En octobre 2015, Solidarité St-Henri et la Coalition de la Petite-Bourgogne ont soumis un mémoire au sujet de la possibilité que l'agglomération de Montréal se dote d'un Conseil en politiques alimentaires (CPA).

Les deux organismes exigent que le CPA soit en soutien direct aux actions et initiatives locales en sécurité alimentaire, priorisant l’accessibilité, physique et économique, aux aliments pour les personnes les plus vulnérables et défavorisées à l’échelle des quartiers.