Campagne "Manifester sans peur"

Catégorie(s) de babillard: 

  • Appuis

La Ligue des droits et libertés sollicite l’appui de votre organisation à la campagne Manifester sans peur qui vient tout juste d’être lancée par un collectif de militant-e-s afin d’obtenir l’interdiction de l’utilisation des balles de plastique et des armes explosives lors de manifestation. Vous pouvez donner votre appui en signant le manifeste sur le site du collectif.

(Après avoir signé le manifeste, merci de nous le faire savoir à direction@liguedesdroits.ca )

Contexte :

La dangerosité de ces armes dans le contexte d’une manifestation n’est plus à démontrer. Plus récemment, l’émission Enquête de Radio-Canada intitulée Opération casse-gueule ainsi que le jugement Grenier (poursuite intentée par Francis Grenier contre le SPVM, ayant perdu un œil après qu’un policier ait tiré une grenade assourdissante dans la foule) ont ramené le débat sur l’utilisation de ces armes lors de manifestations et confirment que la solution ne peut être que l’interdiction plutôt que l’énoncé de règles précises visant à encadrer l’utilisation de ces armes.

En effet :

  • Le jugement Grenier révèle que le SPVM n’a jamais fait de test d’utilisation des grenades assourdissantes avant de les utiliser en 2012
  •  Tous les policiers témoins dans cette cause ont minimisé les risques liés à l’utilisation des grenades assourdissantes et ce, malgré des indications précises à ce sujet
  • L’émission Enquête nous révèle que lors de la manifestation du 4 mai 2012, lors de laquelle au moins 4 personnes ont été grièvement blessées par les balles de plastique, un agent de la Sûreté du Québec a tiré à lui seul 10 de ces balles ne sachant leur point d’impact.

C’est donc davantage le comportement des policiers qui est en cause plutôt que l’absence de directives claires quant à l’utilisation de ces armes.

De plus, le caractère soit disant « non létal » de ces armes dites intermédiaires conduit les agents à les utiliser avec moins de précaution que les armes traditionnelles, ce qui est particulièrement inquiétant.

Enfin, dans le cadre d’une manifestation, il est impossible de respecter les règles d’utilisation du fabricant. Ainsi, à courte distance où le tir peut être relativement précis, l’arme ne doit pas être utilisée car l’impact est trop important. Et, à une distance jugée moins dangereuse, le tir devient suffisamment imprécis pour être néanmoins potentiellement fatal. Sans compter les mouvements de foule qui peuvent survenir subitement, ce qui advient habituellement lorsque les forces de l’ordre utilisent ce type d’armes.

Nicole Filion, Coordonnatrice
Ligue des droits et libertés
516 rue Beaubien Est
Montréal (QC) H2S 1S5
(514) 849-7717 poste 23